L’histoire de la Paroisse

 

Au point de rencontre des quatre communes de Bagneux, Bourg la Reine, Fontenay aux Roses, Sceaux, au lieu dit « les Blagis », vivait une population dont l’importance augmentait sans cesse. C’étaient des travailleurs modestes, généralement peu religieux parce qu’éloignés de toute église.

En 1931, son éminence le Cardinal Verdier charge un missionnaire diocésain de Paris, Monsieur l’abbé André CALLON, d’y jeter les bases d’une future paroisse.

L’association diocésaine achète un terrain très central, parfaitement situé.

Le collège Stanislas, dont l’abbé CALLON est ancien élève, offre comme local provisoire une ancienne salle de dessin, importante construction en bois, démontable, que les nouvelles constructions du collège appelaient à disparaître. Cette sale remontée et aménagée à l’extrémité du terrain nouvellement acquis devint chapelle provisoire et salle de patronage. Un système de cloisons mobiles permettait de passer convenablement de l’une à l’autre de ces deux destinations.

Pour perpétuer le geste généreux du collège Stanislas et sur ordre du Cardinal, ce nouveau centre religieux est appelé Saint Stanislas. Il est ouvert le 20 décembre 1931.

Pendant les années suivantes, c’est la période de défrichement pendant laquelle sont créées les œuvres sociales qui s’adressent à tous, chrétiens ou non. Ces œuvres se développent de façon continue de 1932 à 1934, c’est ainsi que les groupements de jeunesse totalisent 525 participants aux arbres de Noël en 1934 ; le jardin d’enfants groupe 90 petits enfants ; la consultation de nourrissons, 80 bébés. Le dispensaire a déjà donné plus de 5000 soins médicaux.

Il devient urgent de prévoir des locaux appropriés au développement des œuvres sociales comme des œuvres religieuses. En effet, la vie chrétienne progresse sans cesse aux Blagis où chaque dimanche on distribue la communion à environ 80 adultes. La chapelle provisoire est tellement petite qu’une partie de l’assistance doit rester dehors.

En souvenir de son fils, condisciple de l’abbé CALLON à Stanislas et au séminaire, et glorieusement tombé pendant la grande guerre, une famille dont la générosité n’a d’égale que la modestie, puisqu’elle a toujours voulu rester anonyme, met à la disposition de monsieur l’abbé CALLON un crédit d’un demi-million pour lui permettre de commencer la construction d’une église définitive.

Les plans en sont élaborés suivant des directives très précises de monsieur l’abbé CALLON et en tenant compte des indications du comité diocésain d’architecture, par Monsieur Georges BRAIVE, architecte diplômé par le gouvernement, et Monsieur Jean BRAIVE, ingénieur E.C.P.

La première pierre de la future église est posée le 24 juin 1934 par son éminence le Cardinal qui adresse à ce moment un éloquent appel à tous les amis du collège Stanislas pour leur demander d’aider monsieur l’abbé CALLON à mener à bien la construction de l’église Saint Stanislas.

Un comité STAN se forme aussitôt, suivant le désir du Cardinal.

Grâce à l’activité déployée par ce comité et par les élèves de Stanislas, à la générosité de leurs familles et à celle d’innombrables amis de monsieur l’abbé CALLON, les travaux de l’église purent se poursuivre à peu près sans interruption jusqu’à son achèvement complet ainsi celui du presbytère qui y est accolé.

Le 10 mai 1936, son excellence le Cardinal peut tout à la fois bénir solennellement la nouvelle église Saint Stanislas des Blagis, l’ériger en paroisse et y installer comme premier curé l’administrateur dont les efforts persévérants et le zèle apostolique pendant des années avaient produit tout leur fruit, monsieur l’abbé André CALLON.

Ecrit le 02/04/38, par Mr Georges Braive, architecte
(document gentiment transmis par sa fille Nicole Braive)

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. En 2008 et 2009, les Chantiers du Cardinal ont effectué des travaux de rénovation, et ont pris en charge le réaménagement du chœur et la création d’un mobilier liturgique.

 

Comments are closed.