51ème journée mondiale des communications sociales

 «Communiquer l’espérance et la confiance en notre temps »

Le Pape invite à repenser la façon de restituer l’information, pour éviter l’anxiété et l’apathie auxquelles conduit la communication aujourd’hui.

François exhorte chacun à une communication constructive, qui favorise une culture de la rencontre. La solution est dans la recherche d’un style ouvert et créatif qui cherche à mettre en lumière les solutions possibles.

Il nous invite à offrir aux hommes et aux femmes de notre temps des récits marqués par la logique de la bonne nouvelle, qui ne peut être, pour nous, chrétiens, que la « Bonne Nouvelle » : l’Evangile de Jésus. Cette Bonne Nouvelle n’est pas dénuée de souffrance, mais est bonne car cette souffrance est vécue comme une partie intégrante de l’amour du Christ pour son Père et pour l’Humanité. En Christ, Dieu s’est rendu solidaire avec toutes les situations humaines, dont la souffrance, nous révélant que nous ne sommes pas seuls parce que nous avons un Père qui ne peut jamais oublier ses enfants. En Lui aussi les ténèbres et la mort deviennent des lieux de communion avec la Lumière et la Vie. Ainsi, une espérance voit le jour, accessible à tous, à l’endroit même où la vie connaît l’amertume de l’échec.

A travers « la force de l’Esprit Saint » nous pouvons être «témoins» et communicateurs d’une humanité nouvelle, rachetée, « jusqu’aux extrémités de la terre». C’est l’Esprit qui sème en nous le désir du Royaume, à travers de nombreux « canaux »  vivants, par le biais de personnes qui se laissent conduire par la Bonne Nouvelle au milieu du drame de l’histoire ; ces personnes sont comme des phares qui éclairent la route et ouvrent de nouveaux chemins de confiance et d’espérance.

Equipe Communication.

Comments are closed.