Porter la Communion – Journée des malades le 7 février 2016

« J’étais malade et vous m’avez visité » Mat.25, 36. « Quand t’avons-nous visité ? »Mat.25, 39…..

« En vérité, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits, c’est à moi que vous l’avez fait » Mat. 25,40

Quand le Père Joseph m’a demandé de porter la communion à une dame seule et malade, je me suis sentie assez mal à l’aise… Qui est cette personne ? Que vais-je lui dire ? Comment je vais m’y prendre ? En suis-je digne ?

Et puis, Je me rappelais maman  en maison de retraite à qui j’apportais le Corps du Christ… c’étaient des moments forts d’intimité, de partage, de prière : un temps de grâce !  Le Seigneur était présent et nous donnait sa paix ….On vivait des moments de ciel qui la réconfortaient ….

Aujourd’hui, aller rencontrer quelqu’un d’inconnu, malade, pour lui apporter « la Communion » était une « autre » démarche.

Avant d’entrer chez « Evelyne », j’ai dit au Seigneur : « Seigneur, c’est Toi que je viens visiter… Donne-moi Ton Esprit pour dire les mots qui conviennent » …

Je garde un souvenir ému  de notre première rencontre. L’appartement est sombre, tout un matériel médical  montre que  la maladie demande des soins plusieurs fois par jour et par semaine … Un accueil chaleureux et un grand besoin de parler et bien sûr ce désir de recevoir « Jésus ». Evelyne avait préparé la table, la bougie, le Livre …. Elle attendait Quelqu’un.

Nous avons fait connaissance, nous avons partagé la Parole de Dieu, nous avons prié… Le Seigneur était vraiment là, présent. La douceur de la pièce, la chaleur du cœur et la paix régnaient  à cet instant. La confiance s’est tout de suite installée.

Les prières de la communion nous ont préparées à recevoir le Corps du Christ : « Seigneur, je ne suis pas digne de Te recevoir »… Et moi, je me disais : « Non, je ne suis pas digne de Te donner … »

Et pourtant, « porter la communion » c’est être témoin de la Parole de Dieu, témoin de  la prière de la communauté, c’est être chargé de  transmettre les paroles de l’homélie,    et c’est offrir «  le corps du Christ ». C’est partager avec humilité  Jésus souffrant, dans l’autre.

Et, là, Il est vraiment  vivant !

Alors, maintenant, à chaque fois que je reviens,  c’est une joie de se retrouver. Nous  partageons ses souffrances, sa faiblesse, ses espoirs, sa foi. C’est elle qui me fait grandir en témoignant de sa  confiance en Jésus qui la soutient. Je ressens beaucoup d’humilité devant son courage ….

Je rends grâce pour cet appel, mission toute simple .

Prions le Seigneur,  pour Evelyne et pour tous les malades qui nous entourent !

 

Francine Busson

Comments are closed.