Edito du mois de septembre 2015

Après le temps de la dispersion de l’été, voilà que sonne l’heure de la rentrée. Pas uniquement pour les élèves, les collégiens, les lycéens, les étudiants et l’ensemble du corps enseignant, mais aussi pour notre communauté paroissiale qui retrouve son visage et son rythme habituels. Une nouvelle année commence donc, temps des redémarrages. C’est le moment des plannings, des calendriers, de la mise en route des activités. Ce temps est souvent plein d’enthousiasme ; il laisse espérer des progrès, des changements, dans la manière de vivre, de travailler… Chacun de nous en a fait l’expérience dans sa vie professionnelle et familiale. Et nous osons croire que cette année sera riche et joyeuse entre nous, mais également avec le Seigneur. Mais, est-ce un temps nouveau.

Probablement pas un temps neuf, car nous ne partons jamais de rien. Nous pouvons poursuivre avec un regard neuf sur nos habitudes et sur les autres. Pour cela pas de recette, nous allons repartir chargés peut-être du poids de nos habitudes et de nos contradictions, conscients que nous retomberons possiblement dans les mêmes ornières. Nous voulons cependant essayer de mieux faire, aller plus loin. Nous voulons investir davantage. Et nous le voulons sincèrement car toute chose nouvelle redonne courage et engage.

Laissons donc venir en cette rentrée pastorale ce qui pourrait nous étonner : les propositions nouvelles, les initiatives, les rencontres inédites, les occasions inattendues… Sera-t-il possible de partager davantage ? Accepterons-nous quelques remises en question ? Accepterons-nous d’avancer de quelques pas dans l’inconnu ? La communauté ecclésiale n’existe que si tous ensemble, prêtres, laïcs en responsabilité, paroissiens, nous nous investissons pour la construire, définir ensemble les objectifs. Et pour y parvenir dans le respect de la diversité de nos talents, la présence active de chacun est nécessaire.

En ce début de rentrée, soyons humbles et modestes. Tentons peut-être moins les innovations que les accomplissements. Tout ce que nous avons déjà su poser de bon pour la marche de notre communauté trouvera de l’épanouissement si nous osons secouer la poussière de nos ‘vieilles manies’, si nous osons ne pas nous enfermer dans un monde construit à notre mesure. Puisse notre communauté de Saint Stanislas être toujours et encore un lieu d’humanisation, de sanctification, en un mot de fidélité à l’Évangile.

Il serait dommage, en effet, de nous arrêter sur les acquis. Celui qui reste assis, bien souvent, reste assis sur son bonheur… Que la joie de bâtir ensemble le Royaume de tendresse et de miséricorde soit le fil rouge de cette nouvelle année pastorale. Ayons toujours et encore l’audace de partager ce qui nous fait vivre et ce qui nous motive. A chacune et chacun bonne reprise !

Père Claude Drui

Comments are closed.