François : les chrétiens ne doivent pas vivre dans la peur et la tristesse

(RV) Les communautés peureuses et sans joie sont malades, ce ne sont pas des communautés chrétiennes : voila ce que qu’a dit le Pape François lors de la messe matinale à la maison Sainte-Marthe.

« Peur » et « joie » sont les deux paroles de la liturgie du jour. « La peur, a affirmé le Pape, est une attitude qui nous fait mal. Elle nous affaiblit, nous rabaisse. Elle nous paralyse aussi. » Une personne qui a peur « ne fait rien, ne sait pas quoi faire ». Elle est concentrée sur elle-même, afin « qu’il ne lui arrive rien de mal. La peur te porte à un égocentrisme égoïste et te paralyse (…). Un chrétien peureux est une personne qui n’a pas compris ce qu’est le message de Jésus. »

« C’est pour cela que Jésus dit à Paul : « N’aie pas peur. Continue à parler. » La peur n’est pas une attitude chrétienne. C’est une attitude, nous pouvons dire, d’une âme incarcérée, sans liberté, qui n’a pas la liberté de regarder devant, de créer quelque chose, de faire le bien… « Non, mais il y a ce danger, et cet autre, et cet autre… » Et ceci est un vice. Et la peur fait mal », a insisté le Pape François.

« Il ne faut pas avoir peur, et demander la grâce du courage, du courage de l’Esprit Saint qui nous envoie (…). Il y a des communautés peureuses, qui vont toujours vers la sécurité. « Non, non, nous ne faisons pas ça, non, non, cela ne se peut pas, cela ne se peut pas… » Il semble que sur la porte d’entrée ils ont écrit « interdit ». Tout est interdit par peur. Et tu entres dans cette communauté et l’air est vicié, parce que c’est une communauté malade. La peur rend malade une communauté. Le manque de courage rend malade une communauté. »

La peur, a ensuite précisé le Pape, doit être distinguée de la « crainte de Dieu », qui est « la crainte de l’adoration devant le Seigneur, et la crainte de Dieu est une vertu. Mais la crainte de Dieu ne rabaisse pas, n’affaiblit pas, ne paralyse pas : elle porte en avant, vers la mission que donne le Seigneur. »

L’autre parole de la liturgie est « la joie », « Personne ne pourra vous enlever votre joie », dit Jésus. Et « dans les moments les plus tristes, dans les moments de douleur, a souligné le Pape, la joie devient paix. Au contraire, un divertissement dans le moment de la douleur devient obscurité et tristesse. Un chrétien sans joie n’est pas un chrétien. Un chrétien qui continuellement vit dans la tristesse n’est pas un chrétien. C’est un chrétien qui, dans le moment des épreuves, des maladies, de tant de difficultés, perd la paix, quelque chose lui manque. »

« La joie chrétienne n’est pas une simple distraction, ce n’est pas pas une joie passagère. La joie chrétienne est un don, c’est un don de l’Esprit Saint. C’est avoir le cœur toujours joyeux parce que le Seigneur a vaincu, le Seigneur règne, le Seigneur est à la droite du Père, le Seigneur m’a regardé, et m’a envoyé, et m’a donné sa grâce et m’a fait fils du Père. C’est cela, la joie chrétienne. Un chrétien vit dans la joie. »

« Aussi, une communauté sans joie, a ajouté le Pape, c’est une communauté malade, peut-être que ce sera une communauté divertissante, mais malade de mondanité. Parce qu’elle n’a pas la joie de Jésus-Christ. »  C’est comme cela « quand l’Église est peureuse et quand l’Église ne reçoit pas la joie de l’Esprit Saint, l’Église se rend malade, les communautés se rendent malades, les fidèles se rendent malades. » Le Pape a conclu avec cette prière : « Élève nous, Seigneur, vers le Christ assis à la droite du Père, élève notre esprit. Ôte-nous toute peur, et donne-nous la joie et la paix. »

Comments are closed.