Les chantiers du Cardinal

Comme chaque année, les chantiers du Cardinal vont faire appel à votre générosité. Beaucoup de paroissiens m’ont demandé l’origine et l’action des chantiers, je m’en acquitte ce jour.

Ils trouvent leur origine dans les lois de séparation des Eglises et de l’Etat, dont les plus connues sont celle de 1905. Dès la fin du xix siècle, les anticléricaux, situés plus généralement à gauche, souhaitent mettre un terme au concordat signé en 1801 entre Napoléon et le Pape Pie Vll  La loi a plusieurs conséquences importante: désormais les ministres des cultes ne seront plus rémunérés par l’Etat, et les biens immobiliers des Eglises deviennent la propriété de l’Etat, mais celui-ci les confiera gratuitement aux représentants des Eglises en vue de l’exercice du culte et ils en assureront l’entretien.

Les chantiers du Cardinal ont pris la place d’une œuvre qui existait déjà depuis une trentaine d’années. En 1900, le Cardinal François Richard de la Vergne crée l’œuvre des chapelles de secours. Cette œuvre était destinée à aider la construction de lieux de culte dans les villes nouvelles. Cette œuvre va connaître un immense développement grâce au Père Pierre Lhande ; sans lui, les chantiers du Cardinal n’auraient peut-être  pas vu le jour sous leur forme actuelle. Pierre Lhande est né le 4 juillet 1877 à Bayonne. Après des études au petit et grand séminaire de sa ville natale, il entre chez les Jésuites et sera ordonné prêtre le 28 Aout 1910 ; Il publie de nombreux articles sur la difficulté de vie des chrétiens dans « la banlieue rouge ». Ces articles donneront naissance à son ouvrage principal en trois volumes : « Le Christ dans la banlieue », enquête sur la vie religieuse dans les milieux ouvriers de la banlieue de Paris. Ce titre sera repris pour le premier journal des Chantiers du Cardinal

L’œuvre des chapelles de secours deviendra l’œuvre des nouvelles paroisses de la région parisienne. Il faut faire face aux naissances de nouvelles communautés. Le Cardinal Jean Verdier, à peine installé depuis deux ans, confie au chanoine Paul louis Touzé, curé de Saint-Baptiste de grenelle, la direction de l’œuvre des nouvelles paroisses de la région parisienne. Il faut construire une centaine d’Eglises. Le Cardinal Verdier lance alors  immédiatement  son emprunt Il écrira en Mai 1934   « Construire des Eglises ou des Chapelles pour évangéliser Paris et sa Banlieue, est aussi procurer aux ouvriers au chômage un travail qui leurs permette de nourrir leur famille ». Le Cardinal Verdier meurt le 9 avril 1940. Il sera remplacé par le cardinal Suhard alors archevêque de Reims.

Bien des années se sont écoulées, l’œuvre des chantiers du Cardinal continue. A nous de la faire vivre par notre engagement et notre générosité. N’oublions pas que l’Eglise doit avoir une visibilité au cœur des villes.

Guy Chevrier Délégué des chantiers du Cardinal

Comments are closed.