Edito du mois d’avril 2015

Les trois jours saints (appelés Triduum pascal)

Vous êtes conviés, trois soirs de suite de la semaine sainte, à suivre le Seigneur Jésus, dans sa montée vers Pâques, fête ancienne juive à laquelle il donne une signification nouvelle, la Pâque de la Nouvelle Alliance avec Dieu, en Christ.

Le 1er soir,(jeudi 1er), est le JEUDI SAINT : vous vous souviendrez avec nous (com-mémorer) de ce repas de fête, anticipée ce jeudi soir, dans une chambre haute (Marc 14,15). Jésus y lave les pieds de ses disciples (Jean 13,5), et après le départ de Judas, prend pain et vin, les déclare son corps et son sang, et les donne à manger et boire à ses onze disciples.

Nous nous retirerons ensuite près d’un autel-reposoir du St Sacrement, où nous veillerons une heure ou deux, en pensant à Jésus angoissé au jardin de Gethsémani, avant son arrestation par les soldats.

Le 2ème soir, (vendredi 2), est le VENDREDI SAINT : vous viendrez adorer la croix où Jésus monte, après sa longue passion, de 20 heures durant, qui nous sera racontée selon St Jean. Comme une longue plainte, 10 grandes intentions de prière universelle nous seront proposées, suivies d’une vénération de la Sainte Croix, et d’une communion au Corps du Christ gardé depuis la veille, comme son prolongement.

Le 3ème soir, (samedi 3), est le SAMEDI SAINT : vous verrez un feu devant le porche de l’église, momentanément éteinte. Nous y allumerons un beau cierge orné des 5 clous de la Passion, actualisée par l’inscription de la date en cours. Il diffusera sa lumière, reçue du feu béni et encensé, jusqu’à nos petites bougies-souvenirs : c’est la LUMIERE de la résurrection, surgie du tombeau ouvert par le Christ. Dans l’obscurité peu illuminée, s’élèvera le beau chant de l’Exultet qui célèbre le don de la Lumière, amplifié par quatre lectures-souvenirs des exploits de Dieu, Créateur, Sauveur du Peuple, Insuffleur de l’Esprit, signes du saint Baptême. Nous ré-allumerons nos petites bougies, éteintes pendant les lectures, pour la bénédiction d’une eau sanctifiée par le cierge pascal, et pour le renouvellement de notre expression de foi faite à notre baptême. C’est l’actualisation nouvelle de notre première profession de foi, peut-être faite adulte, ou par nos parrain et/ou marraine. La veillée se termine par la célébration du sacrifice de Jésus, ponctué par de retentissants alléluias !

Le lendemain, (dimanche 4),  dimanche de Pâques, principale fête de notre année, fait un avec la veillée pascale. L’eau, utilisée la veille, est à nouveau aspergée pour renouveler la promesse baptismale, soit au début de la célébration, soit après l’homélie. Ressuscités, nous le sommes déjà, grâce à la foi qui habite en nos cœurs. Le sacrifice du Christ est commémoré, l’agneau pascal immolé est nouveau, la Pâque est nouvelle en Christ, parce que vous êtes là.

Bonne montée vers  Pâques.

Père Luc

Comments are closed.