Deuxième dimanche du temps ordinaire

« Maître, où demeures-tu ? Venez, et vous verrez…»

Aujourd’hui quelles leçons pouvons-nous tirer de la Parole de Dieu ?

D’abord toutes les lectures nous parlent d’appel, de vocation.

Le premier est la vocation de Samuel, le second, la vocation des premiers disciples de Jésus.

Le constat commun que nous pouvons faire c’est qu’un appel est suivi d’un mouvement, d’une marche, d’une décision, d’une mise en route, d’une transformation.

 « Parle Seigneur, ton serviteur écoute» et non : Ecoute Seigneur, ton serviteur parle.

Toute prière, appel et vocation commence par l’écoute.

Et si j’écoute, que me dit le Seigneur ? Le Seigneur dit une parole :

« Tu es mon enfant bien-aimé, je te fais confiance, j’ai déposé dans ton cœur plein de trésors ; ouvre tes yeux, ouvre tes mains, ouvre ton cœur et tu pourras rencontrer les autres comme des frères et des sœurs à aimer. »

Cette parole nous aide à sortir de notre sommeil. Ce n’est pas toujours simple de se réveiller, de se lever.

Le jeune Samuel n’a rien demandé. Il dort dans le Temple.

Son sommeil est un peu celui de tout croyant, de mon sommeil, de notre sommeil  engourdi par les problèmes et les soucis  de la vie quotidienne.

Il nous faut apprendre à savoir écouter pour entendre.

  • Que cherchez-vous ?
  • Que cherchez-vous ici ?
  • Que cherches-tu ?

A cette question, des jeunes d’aujourd’hui répondraient : « je cherche un emploi et je n’en trouve pas. »

D’autres: « je cherche un logement mais je n’en trouve pas. »

D’autres encore : «  je cherche fortune tout au long du chemin… »

Certains  sont en recherche ou ne cherchent plus rien.

Ils attendent. Ils n’ont plus d’enthousiasme …

Et vous, mes amis : « Que cherchez – vous ici ?  Que cherchons-nous ? »

 « Jésus, qui es-tu ? »

Après les évangiles, combien d’auteurs, combien d’ouvrages, ont essayé de répondre.

Quand on a beaucoup parlé de Jésus, quand on a dit de Lui les choses les plus belles et les plus intéressantes, il reste encore presque tout à dire de cet homme – Dieu.

La meilleure manière de le connaître c’est d’aller chez lui, de le rencontrer dans sa maison et  de rester avec Lui dans son quotidien.

« Maître, où demeures-tu ? »

Belle question, qui ne veut pas seulement dire : quelle est ton adresse ?

Mais qui veut dire : « qui es-tu en profondeur, comment pouvons-nous te connaître ? »

Jésus dit simplement : « Venez, et vous verrez ».

Il faut garder le cœur ouvert pour l’entendre.

« Venez, et vous verrez » – c’est le commencement d’un long cheminement de ceux qui ne voient pas et qui veulent voir.

« Venez et voyez. »

Alors allons !

Dans la Bonne Nouvelle d’aujourd’hui  il y a un certain nombre de verbes qui montre le cheminement de futurs disciples et après apôtres de Jésus, il y a :

  • entendre
  • suivre
  • voir
  • écouter
  • regarder
  • marcher avec
  • et à la fin demeurer avec.

Tous ces verbes expriment une démarche.

C’est-à-dire : déplacez-vous, marchez, bougez, suivez-moi, ouvrez vos yeux…

C’est une expérience humaine que Jésus veut faire vivre à ses disciples.

Venir, voir, écouter, partager la vie du maître, pour devenir son ami : voilà ce que Jésus propose à ceux qui le cherchent.

Nous avons ici 3 verbes : chercher, suivre, demeurer. Ces 3 verbes sont essentiels dans l’amour.

« Venez  et vous verrez » c’est accepter de rencontrer Dieu et de le laisser habiter sa maison, c’est accepter de se laisser aimer, là où l’amour ne veut jamais entrer, dans les blessures que nous portons depuis des années.

C’est accepter de le laisser agir en nous.  Dieu entre dans le cœur de celui ou de celle qui accepte de se laisser aimer.

Venir, voir, demeurer, rester : c’est le cheminement de la foi. C’est le portrait de la vocation de tout chrétien et de toute chrétienne. Ce portrait est toujours actuel. C’est le portrait de la mission de l’Eglise, notre mission.

Il nous revient d’être des Eli, des Jean-Baptiste, des André. C’est-à-dire, avant toute chose, d’être des familiers de Dieu, qui vont transmettre l’appel et inviter à suivre le Seigneur.

Donc nous sommes invités à  demeurer avec le Christ, à être son ami,  être le relais, le témoin quimène  au Christ.

Jésus nous propose une expérience de vie, une expérience à vivre : Etre disciple – chrétien – missionnaire.

Etre chrétien, c’est vivre, c’est une vie à vivre, et une vie avec le Christ.

Être chrétien,  disciple de Jésus, est exigeant. Toute notre vie, nous apprenons à devenir des disciples.

La mission du disciple est de témoigner de celui qu’il a rencontré.

Comme chrétiens il nous faut proposer à ceux que nous croisons de chercher Jésus, de le suivre, de le trouver et de demeurer avec Lui. Ainsi, ils deviendront disciples, eux aussi.

« Venez et vous verrez… »

Ce qu’il faut retenir en ces temps marqués par divers attentats au nom de la religion : nous sommes appelées à aimer comme Dieu nous aime.

Cette semaine, nous prierons d’une manière toute particulière pour l’unité des chrétiens.

Cette unité se fera avant tout si chaque chrétien commence par devenir véritablement un disciple de Jésus.

Être chrétien, c’est être un partenaire de Dieu et de ses frères et sœurs.

Allons donc !

Ne restons pas entre les quatre murs de notre Église.  Allons et partout donnons le goût de vivre de l’Amour du Christ.

Allons, aux quatre coins du monde, de notre pays comme des amis qui savent accueillir les autres.

Allons… ensemble, soyons missionnaires.

Seigneur, nous te prions : tu nous appelles à devenir tes disciples.

Fais-nous la grâce en ce jour d’ouvrir les yeux de notre cœur.

Que nous puissions dans la foi, voir dans ton Église ta présence cachée et devenir ces témoins qui proclameront comme André : « Nous avons trouvé le Messie Celui que nous cherchions. »

Comments are closed.